Une nouvelle vie pour la maison du lac ?


Sur les bord du lac, la petite maison blanche entourée de quelques arbres nous attire pas son charme, sa poésie. Rare trace de la vie avant UCLouvain sur ce territoire, la petite maison blanche est tristement abandonnée depuis plusieurs années sous l’effet d’un rapport de pompier qui en interdit l’occupation. Et voilà qu’un collectif de jeunes et habitants prend une initiative désarçonnante. Sans crier gare, ils occupent les lieux, demandent que la maison leur soit confiée pour en faire un lieu de rencontres culturelles. Un premier débat est organisé sur la propriété privée.


La démarche déplaît à celles et ceux qui trouvent que cela ne se fait pas. Qu’il s’agit d’une propriété privée à ne pas violer. Qu’il y a des règles à respecter. Mais la démarche plaît à de nombreux jeunes et habitants pour qui cette maison a tout pour être un bien d’intérêt général. Le projet du collectif a quelque chose de séduisant, d’intéressant. Sa démarche provocatrice a le mérite d’attirer l’attention sur l’abandon du lieu. Elle suscite sympathie et solidarité de personnes qui viennent proposer leurs services pour aménager les lieux et leur donner une nouvelle vie. On l’équipe d’extincteur, on dégage les soupiraux pour aérer et sécher les sous-sols, on réfléchit à de l’auto-rénovation…
 
 

Le 4 octobre 2019, c'est l'expulsion

Une nouvelle vie pour la maison du lac ?
Propriétaire, l’Université exige que les lieux soient libérés avant de discuter. Occupant, le collectif souhaite discuter et espère une convention avant de quitter les lieux. Et la patate chaude est renvoyée à la Ville : "Madame la Bourgmestre, en cas d’incendie ou autre incident, c’est vous qui êtes responsable". Tentative de parlementer, impossibilité de donner une date de rendez-vous aux occupants et voilà la maison encerclée de Robocops en nombre, comme pour l’assaut d’un groupe de terroristes retranchés !
 
L’intervention en choque bon nombre, tant elle paraît disproportionnée, et l’AH a adressé un courrier à l’UCLouvain :
 
Monsieur l'Administrateur délégué,
Monsieur le Recteur
 
Nous avons eu connaissance du projet proposé par le groupe de citoyens (étudiants, travailleurs et habitants) qui a occupé la petite maison blanche au bord du lac. Nous avons aussi eu connaissance de l’intervention policière pour évacuer les lieux ce vendredi 4 octobre. Le déploiement policier était particulièrement impressionnant et nous paraît disproportionné. Ces méthodes policières nous choquent. Il aurait été tellement plus simple et moins coûteux d'engager rapidement le dialogue avec les étudiants.

Certes non conformiste, néanmoins pacifique, l'action de ces jeunes a pourtant le mérite d’attirer l’attention sur la maison du bord du lac, ce lieu symbolique et plein de poésie laissé à l’abandon depuis plusieurs années. Ils viennent avec un projet qui mérite, nous semble-t-il, d’être pris en considération.
 
Nous sommes nombreux à souhaiter que cette maison du bord du lac soit protégée, restaurée et retrouve un sens. Par plusieurs fois, nous avions interrogé les responsables de l’UCLouvain. Nous avions alors été informés qu’un projet était en voie de réalisation. Or, depuis lors, rien ne se passe. Nous sommes intéressés de connaître la position de l’Université et ses intentions concernant l'avenir de la Maison du Lac.
 
Comme aimait à le souligner Michel Woitrin, « l’Université, c’est comme la ville : un lieu de rencontre et de dialogue ». Nous vous demandons d’adopter une position d’ouverture et de sincère dialogue avec les auteurs d’un projet que nous trouvons intéressant, positif et constructif. Nous y voyons l’occasion d’oser un projet créatif et participatif rassembleur. Leur action nous rappelle la démarche exemplaire pour la rénovation des casernes à Freiburg, menée avec succès de concert avec le monde associatif. Pourquoi ne pas envisager un partenariat Université, Ville, étudiants, habitants, pour mûrir le projet et faire de cet espace un lieu de rencontres culturelles et de débats sur les questions de société établissant des ponts entre étudiants, habitants et travailleurs, comme ils le proposent ? Nous sommes ouvert à une rencontre et à contribuer à la réflexion à ce sujet. 
 
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Recteur, Monsieur l'Administrateur délégué, nos très sincères salutations.
 
Pour le Conseil d’Administration,
Anne Quévit
Présidente

Quelles suites ?

Depuis, des représentants du collectif ont rencontré Julie Chantry, bourgmestre l’OLLN. De même que l’AGL, nous avons été invités à participer à la rencontre de l’Adminsitrateur général et du pro-recteur aux étudiants de l'UCLouvain avec le Collectif. Les représentants de l'université se son montrés ouverts et à l’écoute, tout en rappelant que les lieux sont une propriété de l’UCLouvain, qui souhaite en faire un lieu de rencontres réservé à la communauté universitaire.
 
Et nous revoici au cœur des questions typiquement néolouvanistes : comment faire de ce lieu, qui appartient à l’UCLouvain, un bien commun à la collectivité qui pourra accueillir aussi bien des activités initiées par des habitants, des étudiants, des membres de la communauté universitaire ? C’est le mérite de l’action du collectif que de proposer qui va dans le sens de l’intérêt général. L’UCLouvain va-t-elle opter pour des modalités qui permettront d’aller dans ce sens et de réaliser les travaux nécessaires pour lever l’interdiction d’occupation décrétée par les pompiers ? 
 
En attendant, le collectif a été invité à préciser quels seront les besoins de configuration des lieux afin d’identifier les travaux nécessaires pour lever l’interdiction d’occupation des pompiers. À suivre …
 

Le centre socio-culturel auto-géré de la Maison Blanche

Une nouvelle vie pour la maison du lac ?
Le centre socio-culturel auto-géré de la Maison Blanche, c'est un petit groupe de personne a pris l'initiative d'occuper ce bâtiment vide depuis plusieurs années. Le collectif est " constitué autour de l'envie de créer un espace culturel et social autogéré au sein de LLN. Nous considérons que l'appropriation des espaces par des entités privées ou publiques bride les possibilités de rencontres populaires, spontanées et non-marchandes. C'est pourquoi nous avons décidé d'occuper un lieu pour nous opposer à cette logique d'accaparement, dans le but de faire émerger des îlots de résistance et d'utopies concrètes. Celui-ci a pour vocation d'accueillir des activités en tout genre, et ce de manière quasi-permanente et à la disposition de toutes et tous. gratuitement ou à prix libre."

Projections-débats, rassemblements de soutiens à certaines causes, ateliers lectures, jam sessions, bibliothèque libre, ateliers d'autodéfense numérique ou physique, conférences gesticulées, jeux de société,... les activités étaient foisonnantes, collectives, vivantes.

Vous voulez en savoir plus ? Le document du projet se trouve en fichier joint.
Vous pouvez les suivre sur facebook à @MaisonBlancheLln ou via une infolettre en cliquant ici.
maisonblanche_projet.pdf MaisonBlanche_Projet.pdf  (507.55 Ko)



Agenda de l'AH



L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Contact et Permanence

AH - Association des Habitants de LLN asbl
3, scavée du Biéreau
B-1348 Louvain-la-Neuve
(entrée par l'extérieur de la Ferme du Biéreau, côté parc, en face du Loungeatude,  et boîte-aux-lettres dans la cour de la Ferme)

PERMANENCES
Lundi : de 9h à 12h
Jeudi : de 12h30 à 15h00
Ou sur rendez-vous

TELEPHONE
+32 (0)10 45 29 12
 
MAIL
Secrétariat : info@ahlln.be
Communication : 
communication@ahlln.be




Site powered by Webcome