Report des collectes de certains déchets : le moment de réduire nos poubelles ?


Ce jeudi, l'InBW a décidé de ne pas ramasser les papiers-cartons (si vous avez loupé l’info, merci de rentrer vos papiers-cartons jusqu’à la prochaine collecte). Le ramassage des PMC s'est aussi fait attendre la semaine passée chez certaines personnes. En cause : un personnel en nombre réduit suite à l’épidémie actuelle de coronavirus, et donc une priorité donnée à la collecte des déchets résiduels et organiques. Alors, voilà peut-être l'occasion de réfléchir : comment réduire nos déchets, là où c’est possible, et en profiter pour modifier certaines de nos habitudes ?


Coronavirus : protéger les travailleurs !

Un petit point solidarité, tout d’abord.
 
Comme le rappelle InBW, « l’interruption de la collecte ne signifie pas qu’il faut oublier toutes ses bonnes habitudes et ne plus séparer les papiers/cartons des autres déchets. » Déjà, pour une simple raison de recyclage et d’objectifs pour la planète. Ensuite, pour ne pas charger encore plus une équipe déjà réduite !
 
Afin de protéger les travailleurs, l’InBW demande également aux personnes avérées positives au coronavirus ou soupçonnant de l’être de doubler le sac payant avec un second sac non payant placé à l’intérieur du premier (avec une pensée particulière pour les mouchoirs usagés, les masques et les gants de protection). Le virus peut en effet survivre quelques jours sur nos déchets. Protégeons ceux qui travaillent pour nous : doublons nos sacs, et surtout, fermons les bien !

Le problème avec les déchets

Antoine Repessé
Antoine Repessé
La situation actuelle nous met face à une réalité qui finit souvent sur le trottoir, en attente du ramassage des ordures : la quantité de déchets que nous produisons chaque jour. Dans l’Union Européenne, le chiffre est impressionnant : 2,5 milliards de tonnes de déchets sont produits chaque année – par le secteur de la construction, les industries, mais aussi les ménages qui représentent 8% de cette production (source : Médiapart). Avec ce genre de chiffres, il est probablement difficile de se représenter la quantité de déchets à l’échelle personnelle. C’est pourquoi le photographe Antoine Repessé a mis en scène ses détritus (seulement les recyclables) accumulés en quatre ans… 70m3 de poubelles en tout.

On dit souvent que la Belgique est à la pointe du recyclage… Pourtant, elle est aussi le cinquième pays qui exporte le plus de plastique au monde (rapport de Greenpeace, 2019). Plus de la moitié de ces déchets sont incinérés, tout ce qui est exporté est considéré comme recyclé… ce qui ne garantit pas que ceux-ci ne finissent pas dans des décharges ou dans la nature. Face à cela, le zéro déchet est souvent vu comme une alternative, un choix de société, afin de refuser le grand gaspillage planétaire.

Un geste chaque jour pour réduire ses déchets

Internet regorge de ressources qui donnent de nombreuses idées afin de réduire ses déchets (dont l’excellent site écoconso)… et le reste. Car la question du déchet est souvent la partie immergée de l’iceberg : on ne s’attaque pas qu’aux emballage, car il est souvent nécessaire de repenser ses repas pour des alternatives plus saines et locales, interroger la compositions des produits de sa salle de bain pour du fait-maison naturel, désencombrer son logement, valoriser la seconde-main et la réparation plutôt que le shopping dans les surfaces traditionnelles, etc. Autant dire que cela ne se fait pas du jour au lendemain !
 
Donc, plutôt que de se démotiver face à l’ampleur de la tâche, on vous propose dix petits gestes à découvrir au fil des jours et à adopter au fur et à mesure, sans se culpabiliser lors d’un écart :
1 – Coller une étiquette « Stop Pub » sur la boîte aux lettres. 40 kg de papier en moins par an !
2 – Utiliser une gourde (et boire l’eau du robinet). L’eau du robinet coûte 40 à 500 fois moins que l’eau en bouteille. Elle est de même qualité que l’eau en bouteille, voire meilleure, car l’eau en bouteille (en plastique) est largement plus contaminée en microplastique. Si vous n’aimez pas son goût, il existe des solutions pour la filtrer.
3 – Simplifier ses produits d’entretien. La base : vinaigre, bicarbonate de soude et savon de Marseille. C’est aussi efficace, et bien meilleur pour notre santé (pas de produits chimiques et cancérigènes). Des recettes ici.
4 – Acheter ses boissons en bouteilles consignées.
5 – Faire son café (ou son thé) sans emballage. Thé en vrac plutôt qu’en sachet, cafetière à piston plutôt que dosettes… en plus, le goût est meilleur !
6 – Emporter un sac réutilisable dès qu’on sort.
7 – Choisir des cosmétiques solides. Aujourd’hui, il n’y a pas que le savon qui se vend sous forme solide : shampoing, dentifrice, déodorant, hydratant… en gardant un œil sur la composition.
8 – Acheter sa nourriture en vrac. Sur Ottignies-Louvain-la-Neuve, vous trouverez une large gamme de produits en vrac chez Alimenterre, Färm, GarspHopper, Biostory ou Mondobio.
9 – Aller à un repair café au lieu de jeter un objet défectueux… dès que le confinement sera terminé !
10 – Créer une version de Pâques durable. En achetant des œufs en chocolat sans rien autour. C’est souvent plus cher, mais le goût est bien supérieur et favorise l’artisanat local. Cachez des boules de coton ou des œufs en bois décorés pour ensuite les échanger contre les chocolats !

Le zéro-déchets, c'est aussi pour les "vrai bonhommes"

Savoir dire non, passer en revue chaque habitude afin de trouver une alternative, chercher de nouvelles recettes pour fabriquer ses produits, se désencombrer, réparer… Le zéro déchet peut parfois s’avérer plus lourd qu’il n’y paraît et s’accompagne d’une certaine charge mentale… souvent portée par les femmes. Une étude américaine a en effet constaté que les hommes ont une réticence à l’idée d’adopter des comportements éco-responsables qu’ils considèrent comme « féminins » (comme faire ses courses avec un sac en tissus). Inutile de préciser qu’il ne faut pas un genre particulier pour se préoccuper de l’état de la planète. Alors, pour que le féminisme ne se dissolve pas dans l’écologie : partageons les tâches ! 

Non, ce n'est pas la solution à tout !

Le zéro-déchet fait partie de cette culture des petits gestes, qui nous font du bien et nous permettent de nous aligner avec nos valeurs.  Cependant, si l’idée du « chacun fait sa part » est aujourd’hui ancrée des les milieu écologistes, il faut bien avoir conscience de cette tendance à la sur-responsabilisation citoyenne (nous en parlions déjà dans notre AH INFO de mars 2020 : cliquez ici pour découvrir l’article « Décloisonner l’écologie »  en pages 8 et 9). Le zéro déchet ne doit pas s’arrêter à l’échelle du foyer : l’enjeu final est bien de toucher le politique afin de remettre en débat différents modèles de société !





L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Contact et Permanence

Suite à l'évolution de la propagation du coronavirus COVID-19, nos bureaux sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Nos permanentes sont cependant encore actives en télétravail. Nous vous demandons donc de nous contacter uniquement par email afin que nous puissions répondre à vos demandes.

AH - Association des Habitants de LLN asbl

3, scavée du Biéreau
B-1348 Louvain-la-Neuve
(entrée par l'extérieur de la Ferme du Biéreau, côté parc, en face du Loungeatude,  et boîte-aux-lettres dans la cour de la Ferme)

PERMANENCES
Lundi : de 9h à 12h
Jeudi : de 12h30 à 15h00
Ou sur rendez-vous

TELEPHONE
+32 (0)10 45 29 12
 
MAIL
Secrétariat : info@ahlln.be
Communication : 
communication@ahlln.be




Site powered by Webcome