La Pentapartite : Qui ? Quoi ? Et pour quoi ?


Article paru dans l'AH info n°135


Depuis toujours, la concertation a bonne presse à LLN, tant du côté de la Ville que de celui de l’UCL. D’où l’existence de lieux de rencontre où les divers acteurs du développement urbain peuvent, sinon décider en commun (leurs avis sont généralement consultatifs et les budgets sont limités …), du moins s’informer, s’écouter, se concerter. La Pentapartite en est un bon exemple.

PENTA OU HEXAPARTITE ?

La Pentapartite est un lieu organisé pour la rencontre entre, au départ, cinq acteurs du fonctionnement et du développement de LLN :
- L’Association des Habitants que l’on ne présente plus, surtout aux lecteurs de l’AH Info. Elle y est activement présente grâce à quatre de ses administrateurs (et grâce à Danielle Lagasse, la secrétaire de l’AH, qui rédige les PV des réunions
- La Ville, représentée par un ou plusieurs échevins selon les thèmes abordés.
- L’UCL, et plus particulièrement son bras urbanistique, l’INESU.
- L’AGL pour le public étudiant.
- Les commerçants de LLN. En l’occurrence la Dalle (c’est le nom que s’est donné l’association des commerçants du centre-ville) ainsi que l’Esplanade.
Enfin, depuis peu, l’Axe 425 s’est ajouté. Elle représente les entreprises du parc scientifique de LLN. C’est donc un sixième acteur, mais puisque le nom de Pentapartite s’était imposé dès le départ, il s’est maintenu.

A ne pas confondre avec la GCV
Il ne faut pas confondre la Pentapartite avec l’ASBL Gestion, du Centre-Ville (GCV). Il s’agit d’une association – voulue et d’ailleurs subsidiée par la Région Wallonne pour promouvoir l’attractivité et la qualité de vie dans les centres des villes considérés comme la clef d’un développement durable. Une telle ASBL associe les acteurs les plus importants de la vie locale, qu’ils viennent du public ou du privé.
Dans le cas d’OLLN, les membres du Conseil d’Administration du GCV local sont, côté public, des représentants de la Ville (son bourgmestre J.-L. Roland, l’échevin C. du Monceau et plusieurs conseillers communaux de la majorité comme de l’opposition). Du côté privé, des acteurs très représentatifs du fonctionnement local, dont des représentants de l’UCL (en l’occurrence de l’INESU, Philippe Barras étant le président actuel de GCV), de Homeinvest (qui succède à Louv’Immo, immobilière ayant beaucoup construit à LLN), du Centre Sportif de Blocry, de l’Esplanade (son directeur), des commerçants de la Dalle, le gestionnaire des parkings, un représentant étudiant de l’AGL, le médiateur urbain. L’AH (André Ransard, Dominique Charlez) y est invitée comme observateur, ses statuts lui interdisant de siéger comme administrateur dans des organes de décision. L’action quotidienne de GVC est assurée par Jean-Christophe Echement et Bénédicte Van Roy.
Parmi les réalisations les plus visibles de GVC, citons Louvain-la-Plage, Louvain-la-Neige, la mise en place d’une nouvelle signalétique et d’un affichage coordonné ainsi qu’une action systématique de nettoyage et d’embellissement (assurée par des travailleurs sous statut d’insertion professionnelle).

QUELS ÉCHANGES ?
Pour donner une idée concrète du genre de problèmes abordés en Pentapartite et sur lesquels les acteurs confrontent leurs points de vue, jetons un coup d’œil sur le PV de la plus récente réunion (celle du 7 mai dernier).

Habitants-citoyens et avenir de LLN. Didier Croonenborghs a exposé l’importante action de sensibilisation participative qu’entreprend l’AH avec les habitants-citoyens sur l’avenir de leur ville. Sur ce chapitre, il est inutile de s’étendre car les lecteurs de l’AH Info (et ceux de la news letter de l’AH) sont et seront encore abondamment informés.
Rappelons simplement que cela comprend notamment l’action « cartes sensibles » et des informations documentaires sur d’autres expériences novatrices d’habitat ailleurs en Europe.
La Dalle signale à cet égard que le groupe de réflexion qui travaille sur la réanimation de la place des Wallons partage déjà cette optique. Les représentants de l’AGL et de l’INESU déplorent que cette campagne se lance en juin, période qui coïncide avec le blocus et les examens et tombe donc mal pour les étudiants. L’INESU craint aussi que cette action ne concerne qu’une partie des publics utilisateurs de la ville (pas les navetteurs-travailleurs par exemple).

CBTC (China Belgium Technology Center). Ce projet ambitieux intéresse beaucoup et interpelle tout autant. Comment accueillir et intégrer une telle communauté étrangère en évitant ségrégation, ghetto, problèmes de coexistence ? L’UCL veut rassurer : pour éviter un « chinatown » peu intégré, les logements prévus pour les travailleurs chinois et leurs familles seront répartis en trois endroits distincts dans LLN. Et il n’est pas prévu de créer des écoles à leur intention (les enfants chinois devront s’intégrer dans les écoles existantes).
L’UCL, comme la Ville et l’Axe 425, recommandent de considérer le CBTC comme une chance à saisir en termes d’ouverture au monde, de progrès technologique et d’emplois. Les craintes a priori sont surtout dues au manque d’informations. Tous s’accordent à penser qu’avant de juger, il faut encore récolter et diffuser beaucoup de précisions. Pour y contribuer, la Ville organise d’ailleurs en octobre prochain un voyage en Chine, dans la ville du partenaire chinois.

Un « cyclopolitain » ? Il est question de lancer dans le centre-ville un « cyclopolitain », c’est-à-dire un taxi-vélo à assistance électrique pour les petits parcours dans LLN. L’initiative s’adresse à ceux (par exemple seniors) qui se déplacent difficilement à pied. L’idée est accueillie avec enthousiasme. Elle est d’ailleurs soutenue par la Gestion du Centre-Ville. Le Kap Seniors (un kot à projet orienté vers le troisième âge) s’est dit intéressé pour associer des étudiants-pédaleurs bénévoles.
L’idée est donc dans l’air et déjà des suggestions s’ajoutent et des questions se posent : comment concilier circulation des vélos et sécurité des nombreux piétons ? Faut-il étendre les circuits vers le parc scientifique ? Comment gérer ce service dans la durée si ce sont des bénévoles qui pédalent ? Quid pendant les vacances ?

L’urbanisme appliqué à LLN. La Dalle (les commerçants du centre-ville hors Esplanade) a suscité et exposé une présentation illustrée (diaporama) très appréciée des problèmes d’urbanisme que ses membres rencontrent.
Les commerçants locaux se plaignent d’avoir à faire avec deux interlocuteurs distincts : l’UCL et la Ville. En particulier, ils ressentent la commission d’urbanisme de l’UCL comme un organe opaque dont les décisions (consultatives mais souvent ratifiées par après par le Collège qui décide) sont parfois jugées arbitraires. L’association cite comme exemple les enseignes commerciales : certaines ont été (tardivement) refusées après coup pour des questions de dimensions alors qu’il n’y aurait pas de cahier des charges qui détermine à l’avance les dimensions admises.

UNE CONCERTATION APPRÉCIÉE
Voilà donc un échantillon des sujets que la Pentapartite aborde. Comme lieu de rencontre, son existence est très appréciée par les acteurs participants, même si ceux-ci ne parviennent pas toujours à s’entendre. 0u lorsque les recommandations (non contraignantes) ne se réalisent pas ou pas aussi vite qu’espéré. Ou quand les moyens financiers ne sont pas trouvés… Mais si la Pentapartite n’existait pas, il faudrait l’inventer...

Walter Hilgers



Agenda de l'AH



L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Contact et Permanence

AH - Association des Habitants de LLN asbl
3, scavée du Biéreau
B-1348 Louvain-la-Neuve
(entrée par l'extérieur de la Ferme du Biéreau, côté parc, en face du Loungeatude,  et boîte-aux-lettres dans la cour de la Ferme)

PERMANENCES
Lundi : de 9h à 12h
Jeudi : de 12h30 à 15h00
Ou sur rendez-vous

TELEPHONE
+32 (0)10 45 29 12
 
MAIL
Secrétariat : info@ahlln.be
Communication : 
communication@ahlln.be




Site powered by Webcome